Le manifeste de l'éco poétisme

par Camille They, 
artiste-scénographe de jardins & présidente Via Paysage 2015-2016


PENSER UN MONDE NOUVEAU
NOUVELLE CIVILISATION OU BARBARIE

« Aujourd’hui, il s’agit de changer de voie, d’élaborer une nouvelle voie, et cela, dans et par le développement
de la nouvelle civilisation, qu’incarnent déjà tant de bonnes volontés de tous âges, femmes, hommes, et qui
dessine des nouvelles formes dans les oasis de vie. Mais les forces obscures et obscurantistes énormes de la
barbarie froide et glacée du profit illimité qui dominent la civilisation actuelle progressent encore plus vite que
les forces de salut, et nous ne savons pas encore si celles-ci pourront accélérer et amplifier leur développement.
Socialisme ou barbarie, disait-on autrefois, aujourd’hui, il faut comprendre l’alternative : nouvelle civilisation ou barbarie »  
Edgar Morin



LA DÉMARCHE ECO POÉTIQUE


« Dans le champ de l’éco critique ou de l’éco poétique, l’idée d’une réinvention de la nature évoque deux idées étroitement liées. Elle renvoie à la nature comme « création sociale » (Evernden), c’est-à- dire à la relation complexe et étroite qui existe entre nature et culture. Ce concept désigne aussi le rôle de la littérature et d ‘expression artistique comme alternative aux discours scientifico-techniques. L’idée d’une réinvention de la nature sert de point de départ à une réflexion sur les possibles relations entre littérature, scénographie de jardin et écologie. L’éco poétique y est analysée comme ouvrant à la fois sur une réinvention esthétique et un renouvellement intellectuel et émotionnel de notre interaction avec la nature »
Pughe Thomas, enseignant de littérature anglophone à l‘Université d’Orléans,
spécialiste des écrivains de nature « Réinventer la nature : vers une éco-poétique. », Études anglaises1/2005 (Tome 58) , p. 68-81 


###

Considérant que nous sommes responsables de l’évolution de nos comportements au

sein  de la société, il est primordial de mettre en place une relation éthique avec la

nature.

En 2012, à partir d’une friche d’acacias, Camille T. a créé un jardin « éco poétique »

urbain à saint Ouen, situé au 16 bis rue Salvador Allende qui sert d’écrin à la

scénographie d’œuvres d’artistes de Street art autour de la création de jardin,

l’expression artistique et de l’écologie.

Ce jardin est un « ilot de résistance » qui défend la bio diversité végétale et artistique en


  • Créer un mouvement autour d’un lieu alternatif « éco poétique » qui développe la culture de l’art de la poétique du vivant, en lien avec l’initiation écologique et la préservation de la biodiversité
  • Regrouper les artistes du « Collectif du16 bis » autour de ce mouvement
  • Privilégier les rencontres autour de l’émergence de nouvelles formes de réflexion sur la relation entre l’Art et la Nature dans la Ville
  • Promouvoir le lieu comme passerelle avec d’autres lieux axés sur la création et la Nature dans la Ville
  • Mettre en place une pédagogie appliquée autour de l’art et de l’écologie
  • Inscrire ce travail sur la friche dans la mouvance du mouvement situationniste* qui relie le site aux autres lieux de la ville par « la dynamique de la promenade active, une déambulation nouvelle en milieu urbain »* d’après Guy Debord




LE MANIFESTE EN 7 ENGAGEMENTS

1/  Renouer  le lien avec la nature, en instaurant une relation nouvelle  de l’homme  et

du Vivant

2/ “Cultiver l’art de voir pour renouveler l’art de penser et d’être »

3/  Défendre la bio diversité  végétale et artistique en milieu urbain, à travers l’éco

système humain  d’un territoire

4/  Faire émerger l’identité d’un territoire grâce aux outils combinés de la créativité

dormante et de la préservation du biotope environnant, afin de  créer des « îlots de

résistance » reliés aux autre îlots urbains de nature

5/ Mettre en place une pédagogie appliquée autour de l’initiation à l’écologie et

l’expression artistique

6/ Investir les tiers lieux et autres espaces délaissés en  y créant un “espace autre” axé

sur le concept d’ « Hétérotopie »  d’après Michel Foucault  : localisation physique des

 utopies dans un territoire géographique donné ou dans un jardin

7/ Donner à chacun l’occasion de participer à la transformation d’un lieu et de devenir

acteur de cette transformation en se réappropriant le territoire, pour améliorer la

qualité du Vivre ensemble.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire