lundi 23 décembre 2013

Travail art/paysage/jardin pour le Concours de "Jardin éphémère" du Festival International de Métis 2014, Québec


Projet de réponse au concours "Jardin de Métis 2014" développé par le prorgamme de Recherche-Action du COPA-Via Paysage avec :

+ Agence de Paysage REGARDS CROISES, Limoges (France)

Mademoiselle Célia BRUN /// Architecte-paysagiste dplg
Monsieur Bertrand MONNEREAU /// Artiste - Designer graphique

+ PRIMA TERRA, l’Agence hybride, Angoulême - Paris (France)

Mademoiselle Mathilde COTA /// Architecte-paysagiste dplg

Monsieur Alexis DURAND JEANSON /// Facilitateur de projets sur les territoires

© Mathilde COTA

Le jardin questionne notre rapport à notre environnement matériel et immatériel du quotidien.
Les rues, places, chemins, jardins, sont notre environnement physique de tous les jours, où le corps est en lien avec le contexte et les autres que l’on croise dans ces espaces. Les courriels, les conversations à distance, l’Internet sont notre environnement immatériel où les flux d’échanges et d’informations se croisent.

Nous proposons aux visiteurs d’expérimenter la confrontation de ces deux mondes avec une matérialisation des flux, du réseau, des échanges. La visite de ce jardin désoriente les visiteurs et les amènent à se perdre dans ce labyrinthe de réseaux.

Sentiments partagés lorsque le visiteur se fraie un chemin à travers un environnement câblé et hyperconnecté, il cherche à «se retrouver» en visualisant des écrans produisant des images de «paysages apaisés et démonstratifs» d’une certaine beauté universelle.
La perturbation est recherchée.

Elle cherche à faire prendre conscience du confort que provoque les «merveilles du monde» dans un univers ordinaire appauvri et rendu insipide.

---

"L’oeuvre d’art contemporain, est dans l’espace, elle n’a ni d’envers ni d’endroit,
on est dedans et en déplacement, on ne peut pas la circonscrire dans un espace borné. »

Christian Ruby, philosophe.

© Célia BRUN

Nous nous sommes rencontrés autour d’une thématique :
« L’art dans les territoires et son rapport au paysage. »

Venant de différents horizons disciplinaires, nous souhaitons poursuivre nos réflexions. 
Le projet met en relation les territoires «intelligents à réalité augmentée » d’images de paysages idylliques et transportés sur la planète.

Ces flux provoquent un écoumène des paysages culturels et touristiques.
Nous positionnons nos réflexions autour de ces images «portées», subjectivité de la culture
numérique.

Dans quelle mesure les paysages numériques

influencent-ils notre manière de penser l’espace?

© Célia BRUN

L’art du jardin, d’espace public et du vivre ensemble ...

Paysages standardisés, reproduits partout pour répondre à des aspirations globales et communes à tous, nous nous positionnons dans l’adapté. 

Le monde numérique constitue notre quotidien, ayant changé notre perception du monde et notre relation aux autres.

La fabrication d’un jardin est-elle la déclinaison locale d’un modèle mondialisé ou un lieu unique répondant à des besoins personnels ? Cela questionne notre rapport aux espaces
quotidiens, réels et virtuels. Nous proposons aux visiteurs d’expérimenter la confrontation de ces deux mondes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire